Milan royal et aménagement éolien

lundi 21 février 2011
par rédacteur

JPEG - 15.8 ko

Le Milan royal dans le grand Auxois (21)

Pour une prise en compte de l'espèce dans l'aménagement éolien



Résumé


Le Milan royal est à ce jour reconnu comme quasi-menacé dans le monde, suite à une chute importante de ses populations majeures mondiales depuis vingt ans. Les causes de ce déclin sont multiples. Cette espèce fait l’objet d’un plan national de restauration, dans lequel s’est impliquée la Bourgogne depuis 2006. Il est mis en oeuvre par la fédération ornithologique bourguignonne « Etude et Protection des Oiseaux en Bourgogne » (EPOB). Le Grand Auxois, qui abrite la quasi-totalité des derniers couples nicheurs connus de l’espèce, figure indiscutablement comme le territoire stratégique et prioritaire pour ces actions de long terme relatives à la conservation et la restauration de l’espèce dans la région.


Les éoliennes ont un impact plus ou moins fort sur l’avifaune, tolérable ou non selon les cas. En Europe, le Milan royal semble être tout particulièrement impacté par la présence d’éoliennes, notamment durant sa nidification.


Le développement éolien connaît actuellement un essor très marqué et le Grand Auxois est un territoire très convoité pour cette activité, pouvant laisser ainsi augurer une cohabitation difficile avec la conservation du Milan royal engagée sur ce même territoire, stratégique pour l’espèce. C’est pour prévenir cette situation que ce document a été réalisé par l’EPOB en collaboration avec la DIREN. Il doit permettre de trouver le meilleur compromis possible sur ce territoire entre développement de l’énergie éolienne et protection de la biodiversité.


La démarche de projet de parc débute par un pré-diagnostic. Celui-ci est très important puisqu’il doit orienter les porteurs de projets vers les zones les moins sensibles notamment pour l’avifaune. Ce document et l’étude intitulée « Première approche des enjeux avifaunistiques vis-à-vis de l’éolien » (EPOB & DIREN 2010) ont été élaborés à cet effet en Bourgogne. L’EPOB et les associations ornithologiques départementales pourront également informer plus précisément sur la teneur des enjeux du projet en question.


Pour prétendre à un aménagement éolien qui puisse préserver la dernière population nicheuse significative de la région, il est recommandé que les porteurs de projet éolien n'implantent pas d’éoliennes à moins de 5 km de nids connus et récents de Milans royaux, à moins de 200 mètres des zones d’ascendance thermique fréquentées par ces rapaces et qu'ils évitent la multiplication de parcs éoliens ou de contraintes considérées comme majeures situés à moins de 20 km les uns des autres.


L’étude d’impact découle du pré-diagnostic. Une grande attention doit être portée au Milan royal durant la période de nidification pour tout projet dans le Grand Auxois : les connaissances sur les populations nicheuses et hivernantes devront alors être affinées dans les aires d’étude immédiate et rapprochée avec des recherches spécifiques.

Ces informations permettront d’adapter le projet par des mesures de suppression et de réduction, qui figureront dans l’étude d’impact. Des mesures d’accompagnement permettront dans un second temps de se positionner à une échelle de territoire plus large et globale. Ces mesures peuvent intégrer des suivis post-implantation sur trois années au moins.



Pour en savoir plus, télécharger ce rapport





PDF - 230.4 ko
Milan royal et éolien - Rapport 2009 - EPOB

Crédit image : EPOB


Navigation

Articles de la rubrique