Avifaune et changement climatique - Bilan 2009

samedi 17 juillet 2010
par domi.crozier

JPEG - 15.5 ko
Rousserolle turdoïde

INTRODUCTION

Le cycle biologique des oiseaux est influencé par de nombreux facteurs, en particulier les conditions environnementales. Alors que la météorologie agit à courte échéance et à l’échelle des individus, le climat exerce des pressions de sélection sur le long terme et au niveau des populations, voire des espèces.


L’étude des effets des changements climatiques sur les oiseaux est encore récente. Les premiers travaux chez les oiseaux migrateurs ont montré que les dates moyennes d’arrivée sur les sites de reproduction et les dates moyennes de ponte sont plus précoces, en réaction au décalage de la disponibilité en ressources alimentaires (e.g. Both & Visser 2001). La réponse à la hausse des températures estivales demande plusieurs stratégies adaptatives : augmentation de la vitesse de migration, avancement de la date de départ des quartiers d’hivernage ou raccourcissement des trajets migratoires (Coppack & Both 2003). D’autres études montrent au contraire que la phénologie migratoire reste largement déterminée par des facteurs endogènes tels que la photopériode. L’écart temporel entre la période de reproduction et la disponibilité en ressources conduit donc à des déclins de populations chez certaines espèces (Both et al. 2006).


Les travaux concernant la phénologie de la migration postnuptiale sont encore peu nombreux. En Europe de l’ouest, Jenni & Kéry (2003) ont toutefois pu montrer que les migrateurs transsahariens migrent en moyenne plus tôt alors que les migrateurs partiels, qui ne franchissent pas le Sahara, ont retardé leur passage automnal. Pour les migrateurs transsahariens, il semble bien que l’avancement de la migration répond à la variation de la disponibilité des ressources (Péron et al. 2007).


Cette brève synthèse des effets des changements climatiques sur les oiseaux rappelle qu’il s’agit d’un sujet d’étude assez nouveau. Il justifie pleinement l’importance de cette vaste problématique, surtout dans une optique de conservation des espèces et des milieux. À ce titre, l’EPOB s’est fixé comme objectif de détecter, ou mieux de mesurer, les effets des changements climatiques sur l’avifaune migratrice de notre région. La méthode choisie est celle du baguage car elle permet d’approcher très finement les variables clés de la migration. Ce premier rapport a une composante largement expérimentale mais il produit plusieurs indicateurs susceptibles de révéler, sur le long terme, des changements environnementaux dont les changements climatiques. Cette étude est donc le point de départ d’un suivi qui s’attachera à mesurer les variations interannuelles de ces variables migratoires.


Pour lire la suite, télécharger le bilan 2009

PDF - 1.5 Mo
Avifaune et changement climatique - Bilan 2009 - EPOB

Crédit photo : Pierre DURLET